Un film de
sur une idée Originale de
Avec les textes de
les apparitions du philosophe
la danse au sol de
la danse verticale de

Lumières nuit
Deuxième caméra nuit
Cadrage et manipulation
Mixage son

Réalisation, images et montage
Production exécutivre et casting
Sous-titres anglais

Durée du film
Une production

  Sophie Comtet Kouyaté
Sarah Bitter
Célia Houdart
Jean Attali
Alice Martins
Fabrice Guillot et la Cie Retouramont

Miguel Dos Santos
Tom Irina Production
Drone Irina Production
Bud La fugitive

Sophie Comtet Kouyaté
Sarah Bitter
Kim Gormley

30'
METEK©
2017

 

PROJECTIONS

Arquiteturas Film Festival, Lisbonne, Portugal, 04-09/06/2019

Arcosanti International Film Carnivale, Arcosanti, Arizona, USA, 26-28/04/2019

ADAFF, Architecture, Design, Art, Film Festival, Palm Springs, USA, 14-24/02/2019

Le Grütli, Rencontre + lecture + projection avec Sarah Bitter et Célia Houdart, Genève, Suisse, 11/02/2019

La Péniche Anako, 75019 PARIS, 14/12/2018

Maison de l’Architecture de Haute-Savoie, 19° rencontres du film d'architecture Ciné Archi, 74000 Annecy, 22-23/11/2018

ArqFilmFest, Santiago, Chile, 10/2018

FIFAAC, Festival International du Film d'Architecture et des Aventures Constructives, Bègles, 19-27/10/2018

Lund International Architecture Film Festival, Lund, Sweden, 11-13/10/2018

Ecoles d'Art Américaines de Fontainbleau, 77300 Fontainebleau, 02/08/2018

   
 

Un philosophe, une danseuse, un écrivain, des acrobates dialoguent, chacun à leur manière, avec l'architecture d'un ensemble de logements sociaux en construction à Paris. La réalisatrice capte et enregistre leurs paroles, gestes, textes, mouvements pour composer une conversation polyphonique. Un voyage poétique où se mêlent scènes de fiction, réminiscences du cinéma réaliste italien, analyses philosophiques, contemplation futuriste et performance artistique, au cœur d'un lieu de vie en devenir.

Voir le site du film
Télécharger le dossier de présentation du film
Voir le projet lié MK/168-CR

 
 
 
   
 
 

IIFA, International Independent Film Awards, Bronze Award Winner, Eté 2018

MAC VAL, 94400 Vitry-sur-Seine, nuit des musée 19/05/2018

ENSCI, École Nationale Supérieure de Création Industrielle, 75011 Paris, 03/04/2018

ENSA, École Nationale Supérieure d'Architecture de Paris-Malaquais, 75006 Paris, 29/03/2018

 
   
 
 
   

"La Rolling Book House" est née de plusieurs interrogations et désirs conjugués : comment donner davantage de visibilité aux livres au sein du MACVAL qui n'a plus dans son hall de véritable librairie ? Quel espace dédié à l'écriture pourrait-on imaginer dans un musée qui, depuis plusieurs années déjà, accueille régulièrement des auteurs en résidence sans avoir aménagé pour eux un lieu spécifique ? Comment rendre mobile l'activité de lire et d'écrire, afin qu'elle puisse rencontrer au MACVAL et hors-les-murs d'autres publics, dans un mouvement lent, une sorte de balade, qui épouserait et accompagnerait la mobilité des idées, les voyages propres à l'imaginaire littéraire ?
Au début de ma résidence au MACVAL, en octobre 2017, j'ai invité Metek (Sarah Bitter) à imaginer un objet qui répondrait à tous ces questionnements. Qui prendrait en compte le fait d'écrire sans être chez soi et qui serait conçu pour des auteurs qui, comme moi, ne peuvent pas travailler sans avoir avec eux tout ou partie de leur bibliothèque (non virtuelle). Il fallait un objet multiusage : une vitrine qui serait aussi un bureau, un pupître, pour l'auteur et d'autres que lui, une librairie elle aussi à la fois personnelle et partageable, un signal de la résidence d'un auteur, un comptoir-présentoir des textes, documents, ou archives que l'auteur désirerait partager, un salon de lecture, un lieu d'accueil, un point de ralliement et de rencontre, une petite antenne du MACVAL dans Vitry. (Objet qui pourrait être dupliqué pour accompagner d'autres résidences et des festivals littéraires).
Quand on découvre les plans et le teaser de présentation de la "La Rolling Book House", on se dit qu'il s'agit du bureau nomade idéal. Une "chambre à soi" ou un cabanon pour écrire et lire (il y a une table et des étagères à portée de main) ailleurs, à l'abri et à la vue de tous.
Ce bureau-bibliothèque-cyclo-mobile offre aussi la possibilité de partager l'activité d'écrire et de lire (quelqu'un peut tout à fait prendre la place de l'auteur dans l'habitacle, emprunter un livre sur les étagères).
En résumé, on retrouve dans cet objet de design tout ce que l'on demande à un auteur lors d'une résidence : poursuivre un projet de livre tout en se rendant disponible pour des rencontres, des lectures, des ateliers d'écriture, etc.
Cette mini maison-bulle évoque Humpty Dumpty, le personnage de Lewis Carroll, ou les roues à livres de la Renaissance. Sa courbure mime celle de notre espace mental, notre crâne, sans en avoir ni l'étroitesse ni l'opacité. Bulle transparente, lumineuse et non close, puisqu'elle comprend (on le devine aux lignes visibles comme des incises dans le plexiglas) une porte et une fenêtre

 
     
     
Une invitation de
à

Réalisation et production exécutivre

Durée du film
Une production
  Célia Houdart (auteure)
METEK

METEK

1'59''
METEK©
2017
     
   

que l'on peut laisser grandes ouvertes. Et où, surtout, les livres occupent une place essentielle : seule présence matérielle, colorée, au cœur de ce dispositif qui semble s'effacer pour mieux donner à voir ce qu'il abrite, mettant en valeur les livres qui ici rassurent, enveloppent, structurent, tiennent lieu de maison (volumen en latin : livre en rouleau et volume).
"La Rolling Book House" est un abri panoramique donc, léger d'apparence mais qui, puisant sa force dans ce qu'il protège, a la solidité d'une vraie construction. Observatoire d'où guetter et surprendre les êtres, les paysages et les choses, l'immobilité ou le mouvement de la vie et de nos imaginaires. Dans le hall, une salle du musée, ou dans la ville, sur une esplanade, la place du marché, en plein vent.
L'auteur peut lui-même déplacer, en tenue de cycliste, la Rolling Book House. Ou se faire tracter comme dans un cyclo-pousse, ou un tuk-tuk, en rêvant au texte qu'il va y lire ou écrire. Faisant halte ici ou là. Ouvrant ensuite sa maison temporaire comme un kiosque ou une boîte de bouquiniste. Au milieu du tumulte ou au calme, sur une dalle de béton ou dans un jardin.

     

Voir le site du projet
Voir le projet lié MK/R-DH

 
   
 
         
 
   
  • 168-CR

  • 168-CR

  • 168-CR

  • 168-CR

  • 168-CR

  • 168-CR

  • 168-CR

  • 168-CR

 

 

   


Costumes La boutique des Modes
Photographies Manuel Braun
projet lié MK/168-CR


Une vingtaine de mannequins avec les créations du Théâtre Libre de Saint-Etienne pour une séance photo dans un bâtiment de logements sociaux construits pour la ville de Paris. La façade en cuivre doré.
Les costumes en matières décalées (tissus d’ameublement), et de sources d’inspiration d’époques très diverses. Association de la mémoire et du design, pour une très belle interprétationde la modernité.

       
 
 
 
 

 

  • 16-DM

  • 16-DM

  • 16-DM

  • 16-DM

  • 16-DM

  • 16-DM

  • 16-DM

 
  Performance d'Alice Martins
Photographies Sophie Comtet Kouyaté et METEK
Projet lié MK/16-DM
   
   

Arts de l’espace ou dans l’espace, la danse et l’architecture développent un vocabulaire commun autour de notions ou de termes tels qu’équilibre, volume, occupation ou structure de l’espace, ou encore modules de construction.
L’espace pour le danseur comme pour l’architecte, n’est pas neutre; pour l’un, il est à occuper, traverser, habiter, modifier pour l’autre ces actions se font et se donnent à voir dans le déroulé du spectacle. Le danseur occupe, habite, traverse, modifie l’espace par sa présence.

   
         
 
 
 
       
 


Costumes Marithé et François Girbaud

projet lié MK/03-VA


Deux mannequins avec les créations de Marithé et François Girbaud pour une séance photo dans un bâtiment contemporain.